Icon hamburger

Stage, bénévolat, semestre d’échange : comment valoriser votre expérience à l’étranger dans une candidature

Comment survivre à l'été au bureau ?

Avoir vécu dans un autre pays présente de nombreux avantages dans une recherche d’emploi : c’est la preuve que vous êtes ouvert d’esprit, prêt à bouger, que vous pouvez apporter à l’entreprise un plus que d’autres n’ont pas, et probablement que vous parlez une langue étrangère. Encore faut-il savoir expliquer tout cela au recruteur de manière vendeuse.

Dans le CV : mettre l’accent sur les langues et compétences
L’un des grands avantages d’une expérience à l’étranger est généralement l’apprentissage de la langue, alors n’hésitez pas à le mettre en avant dès le titre. « Responsable marketing
bilingue anglais » attirera plus l’attention que « responsable marketing » tout court. Ensuite, précisez dans la section langues en indiquant la durée de votre séjour et ses conditions : si vous étiez dans une famille d’accueil ne parlant pas votre langue par exemple, vous avez dû faire plus de progrès qu’en vivant dans une communauté française. Si vous cumulez plus de trois ou quatre expériences à l’étranger, vous pouvez leur dédier une rubrique spéciale de façon à bien les mettre en avant. Si vous en avez moins, alors laissez-les dans la rubrique expériences en notant bien les pays et les dates.

Dans la lettre de motivation : en profiter pour développer les qualités
Si vous êtes jeune diplômé, vous devez vous servir de tout ce qui vous a permis d’acquérir des compétences et du savoir-être, et un stage ou un semestre d’échange à l’étranger entre sans aucun doute dans cette catégorie. Expliquez que vous êtes devenu plus autonome, que vous avez appris à vivre en groupe, que vous avez développé des capacités d’organisation grâce à ce séjour… Bref, faites le point sur vous-même avant et après cette expérience : en quoi avez-vous changé et quels sont les nouveaux aspects de votre personnalité qui pourraient intéresser le recruteur ?

En entretien : donner de bonnes raisons
Vous devez être capable d’expliquer pourquoi vous avez choisi cette expérience et ce pays en particulier d’un point de vue professionnel. Pas question de justifier votre semestre d’échange à Madrid ou Dublin par « j’avais envie de faire la fête ! ». Parlez plutôt de découverte culturelle et humaine. En principe, si vous avez bien fait figurer l’information dans votre CV, le recruteur abordera le sujet de lui-même. S’il ne le fait pas, n’hésitez pas à le caser dans la conversation. Par exemple, quand il vous demandera d’illustrer une réussite ou une qualité, liez votre réponse à cette expérience internationale.

Attention à ne pas trop en faire. Une expérience à l’étranger est un atout indéniable, certes, mais vous n’êtes pas le seul à être parti : de nombreux candidats peuvent aujourd’hui faire figurer un séjour hors Hexagone sur leur CV. Il y a une différence entre le valoriser de façon pertinente et commencer toutes vos phrases par « quand j’étais au Canada… », surtout si vous n’y avez passé que deux mois.

Ces articles pourraient vous intéresser :
Commercial export : 3 moyens de travailler à l’étranger
Les postes à l’étranger sont-ils un tremplin pour votre carrière ?
CV : mettre en valeur ses compétences en langues
L’anglais en entretien de recrutement : attention danger !
Comment se préparer à un entretien en anglais ?