Les trois métiers qui recrutent à Toulouse

Les trois métiers qui recrutent à Toulouse

L’agglomération toulousaine est l’un des pôles économiques majeurs en France, avec une activité principalement portée par l’industrie aéronautique et spatiale, et tout ce qui gravite autour (logistique, transport, nouvelles technologies, informatique…). Focus sur trois métiers porteurs qui plaisent particulièrement dans la préfecture de la Haute-Garonne.

Des techniciens méthode, pour l’optimisation de la fabrication

Tous les spécialistes de l’aéronautique et du spatial le disent : les carnets de commande des entreprises du secteur basées à Toulouse ont des carnets de commande remplis pour plusieurs années. La phase de conception étant déjà bien établie, c’est en phase de production que les embauches sont actuellement les plus nombreuses, avec un poste très prisé : celui de technicien méthode. Chez Airbus, Lebherr Aérospace, Thalès, Astrium, ATR ou encore Aérolia, les recrutements sont réguliers pour cette fonction clé, trait d’union entre le bureau d’études et l’atelier de production. Le technicien méthode est chargé de définir les processus de fabrication et d’optimiser les moyens de fabrication. En d’autres termes, il doit faire en sorte que les produits sortent de l’usine en un minimum de temps et d’argent, tout en veillant à leur qualité. Il est recruté le plus souvent à Bac +2 (BTS Conception, Production mécanique, Fabrication industrielle…) et peut viser un salaire compris entre 30 000 et 40 000 euros bruts par an.

Des approvisionneurs pour gérer les stocks

Le positionnement géographique de Toulouse et son industrie florissante en font également une place majeure dans le domaine de la logistique et du transport. Parmi les métiers du « supply chain » qui recrutent actuellement, il y a celui d’approvisionneur, indispensable aussi bien aux grands groupes industriels de la région (Airbus, Thalès…) qu’aux entreprises de transport (ND Logistics, Dimotrans, Calberson…) et aux plateformes comme l’aéroport de Toulouse-Blagnac, deuxième de France pour le fret. L’approvisionneur est chargé de veiller à la bonne gestion des approvisionnements, des flux et des stocks. Recruté de Bac +2 (BTS Achat par exemple) à +5 (grande école, spécialisation achat logistique), il peut espérer toucher 25 000 euros bruts annuels en sortie d’école, près du double en fin de carrière.

Des dessinateurs-projeteurs pour définir des schémas

L’attractivité de Toulouse permet aux entreprises locales du secteur du BTP et de la construction de maintenir des niveaux d’activité supérieurs à la moyenne nationale. Chez Bouygues, SPIE, Malet ou encore Bourdarios, qui sont toutes implantées en Haute-Garonne, les recrutements sont réguliers, notamment au poste de dessinateur-projeteur. Cette activité, accessible de Bac pro (Travaux publics ou Technicien du bâtiment) à Bac +2 (Travaux publics, Constructions métalliques…), se porte bien car ses fonctions sont indispensables à tout chantier, qu’il soit public ou privé : établir plans et schémas avec méticulosité et respect des échelles, des normes et des réglementations. Il travaille en dialogue avec architectes, chargés d’affaires et conducteurs de travaux. Impliqué dans des grands chantiers de construction comme récemment dans le quartier de La Cartoucherie à Toulouse, le dessinateur-projeteur touche généralement entre 19 000 et 28 000 euros bruts annuels.

Intéressé(e) pour travailler dans la région de Toulouse ? Cliquez ici pour voir toutes nos offres.