Icon hamburger

« Certaines offres se prêtent particulièrement bien à des profils de jeunes diplômés »

Profils de jeunes diplômés

Créé en 2007, Selescope est toujours à la recherche de jeunes candidats, notamment pour les fonctions commerciales. Entretien avec Rami Kechteil, directeur associé.

Selescope en deux mots ? Notre cabinet a huit ans d’existence. Deux tiers de notre activité sont consacrés au recrutement, le dernier tiers étant réservé à l’assessment, c’est-à-dire aux méthodes d’évaluation. En effet, valoriser le potentiel et la personnalité du candidat, plus que l’expérience, constitue l’essentiel de notre philosophie. Notre équipe de 15 consultants et assistants couvre tous les domaines d’activité et toutes les entreprises (grands groupes, PME, start-up…). Nos offres s’adressent plus largement aux cadres. Avez-vous des offres pour les jeunes diplômés ? Tout à fait, certaines offres se prêtent particulièrement bien à des profils de jeunes diplômés. C’est le cas des fonctions commerciales : prospection téléphonique ou physique, ingénierie commerciale… Le secteur informatique est également friand de jeunes diplômés, pour des postes de développeur, webmaster, support informatique, etc. Quel est votre processus de recrutement ? Le CV est d’abord analysé et s’il est préselectionné, il est soumis au client. Par exemple, sur 80 CV reçus, dix candidats vont être convoqués à un premier entretien au cabinet avec le consultant, en présence du client. Cet entretien dure environ une heure et nous permet de faire connaissance avec le candidat. Si le candidat est préselectionné, il passera des tests d’évaluation avant un entretien de restitution puis l’entretien final avec un autre interlocuteur de l’entreprise. Ce processus dure un mois en moyenne, cela peut-être plus rapide pour les jeunes diplômés. Comment évaluez-vous les jeunes diplômés ? Nous sommes très attentifs à la personnalité, au comportement et aux motivations. Le premier entretien permet, à partir de questions assez directes, d’évaluer si le candidat a du répondant et si son projet professionnel est réaliste. Dans un second temps, les candidats présélectionnés par notre cabinet et nos clients passent des tests de personnalité. Ceux-ci vont nous permettre de nous éclairer sur les réelles motivations du candidat, au-delà des apparences. Dans tous les cas, nous faisons passer des tests de logique. Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui cherchent un emploi ? D’abord, il faut oser répondre à des offres, même si tous les critères ne sont pas remplis. Une fois retenu en entretien, il faut surtout mettre en avant ses motivations et ses qualités personnelles. Il est important aussi de montrer qu’on s’intéresse à l’entreprise. Surtout, il ne faut pas complexer sur son manque d’expérience. En effet, au final les entreprises misent beaucoup sur la première impression, le désir de bien faire et le potentiel du candidat ! Vos perspectives de développement ? Nous réalisons 150 recrutements par an pour nos clients. Nous souhaiterions augmenter notre activité de 20 % par an. Pour le moment, notre cabinet est présent à Paris et à Lille. Nous envisageons d’ouvrir des bureaux dans d’autres grandes villes comme Lyon, Bordeaux ou Nantes pour avoir une couverture nationale.