Icon hamburger

Entretien d’embauche : le top des questions interdites

enttetien

Si le recruteur est en droit de demander des précisions sur le parcours professionnel du candidat qu’il a face à lui en entretien, il y a certaines questions qu’il n’a pas à poser et auxquelles vous pouvez refuser de répondre.
Voici les plus fréquentes.

« Quelle est votre situation matrimoniale ? »
Il peut paraître impressionnant de vous trouver face à un recruteur mais gardez bien en tête tout au long d’un entretien qu’il n’a pas à vous poser de questions sans aucun rapport avec le poste à pourvoir. En clair, le hors sujet est prohibé ! Vous avez donc parfaitement le droit de garder le silence ou de rester évasif concernant votre situation familiale.

« Envisagez-vous d’avoir bientôt des enfants ? »
Un recruteur peut avoir des réticences à embaucher une femme, en se disant qu’elle peut tomber enceinte (ou l’être déjà au moment de l’entretien) et être absente du travail pour une longue durée en raison des congés maternité. Une pensée qu’il lui est interdit de l’exprimer lors d’un entretien d’embauche. C’est discriminatoire, d’après l’article L1132-1 du Code du travail et l’article 3 de l’avenant n° 28 du 21 novembre 2008 relatif à l’égalité professionnelle.

« Souffrez-vous de problèmes de santé ? »
Les questions relatives à la santé du candidat sont non seulement déplacées mais aussi interdites. S’il est parfois difficile en entretien d’avoir la répartie nécessaire dans ce genre de situation, il faut avoir le courage de refuser de répondre à une question qui relate du privé. Sachez que la loi est de votre côté et qu’un recruteur, en cas de discrimination à l’embauche, risque jusqu’à 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende.

« Quelle religion pratiquez-vous ? »
Un nouveau cas flagrant d’incrimination dans la sphère privée que la loi condamne. Le Code du travail est clair : « Aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement (…) en raison de son origine (…) et de ses convictions religieuses. » Le texte prohibe aussi les discriminations relatives à l’orientation sexuelle du candidat et à ses convictions politiques.

« Etes-vous syndiqué ? »
Des générations de travailleurs se sont battues par le passé pour que vous ayez le droit de vous syndiquer et il n’appartient pas à un recruteur de commenter votre point de vue sur la question. Les textes qui le prouvent ? Les articles L 1221-6 et L1132-1 du Code du travail.