5 choses à ne jamais dire à un recruteur

 

Un entretien d’embauche est stressant. Vous devez en effet trouver les bons mots pour convaincre le recruteur que vous êtes la personne idéale pour le poste. Mais vous devez également veiller à ce que votre nervosité ne vous joue pas de mauvais tours, et ne rien dire que vous puissiez regretter. Car tenir des propos malvenus ou maladroits peut vous coûter le poste, quelles que soient votre expérience ou vos compétences.

Voici quelques 5 exemples de propos à ne jamais dire à un recruteur :

Interdiction n° 1 : « Mon patron actuel est un idiot ! » ou « J’ai quitté cette entreprise car c’était un lieu de travail exécrable. »
Ne dites jamais du mal d’un employeur, ancien ou actuel. Même si vous avez eu des problèmes légitimes avec un collègue, un supérieur hiérarchique ou une entreprise, ne lavez pas votre linge sale devant la personne qui vous reçoit. En vous plaignant des autres, vous ne ferez que paraître amer et plein de ressentiments, ce qui pourrait amener le recruteur à se poser des questions sur votre attitude si jamais vous étiez engagé dans son entreprise. Tenez-vous-en à des commentaires neutres, tels que : « Je recherche un nouvel environnement de travail » ou « Mes objectifs de

carrière ont évolué » si l’on vous demande pourquoi vous souhaitez changer de poste.

Interdiction n° 2 : « À combien de congés aurai-je droit ? » ou « À quoi ressemble le système de primes ? »
De telles questions ne dévoilent qu’une seule chose : vous êtes davantage intéressé par les avantages du poste que par le travail lui-même. Il est tout à fait légitime de poser ces questions… si vous avez passé plusieurs entretiens, et que votre recruteur envisage sérieusement de vous embaucher. À ce stade, ce type de questions vous permettra en effet de faire un choix éclairé, et de décider si oui ou non vous souhaitez accepter ce poste. Mais d’ici là, concentrez vos efforts sur ce que vous pouvez offrir à l’entreprise, et non pas sur ce qu’elle peut vous offrir.

Interdiction n° 3 : « Combien de temps cet entretien va-t-il encore durer ? J’ai bientôt un autre rendez-vous. » ou « Puis-je passer un rapide coup de fil ? »
Une partie importante de l’entretien consiste, bien sûr, à traiter le recruteur avec respect. Poser ce type de question vous fait passer pour une personne manquant vraiment de savoir-vivre, et donne l’impression que l’entretien vous importune. À l’inverse, faites l’effort de monter à quel point l’opportunité vous intéresse. Arrivez à l’heure à l’entretien -- ou, mieux encore, avec quelques minutes d’avance. Restez attentif tout au long de la discussion, en prenant des notes et en conservant la bonne posture : regardez le recruteur dans les yeux, hochez la tête lorsque vous êtes d’accord avec ses propos ou que vous le comprenez, et évitez de croiser vos bras, de taper du pied ou d’afficher tout autre signe d’impatience. Si vous avez effectivement un autre rendez-vous après l’entretien, prévoyez un délai suffisamment large au cas où le rendez-vous durerait plus longtemps qu’escompté.

Interdiction n° 4 : « Je ne veux pas être obligé de travailler tard. » ou « J’aimerais éviter de devoir apprendre à me servir de PowerPoint. »
Vous ne souhaitez pas que le recruteur vous perçoive comme quelqu’un d’inflexible. Or c’est exactement ce qui se passera si vous faites de telles déclarations. Gardez l’esprit ouvert si le poste vous intéresse, même si certains points ne vous semblent pas parfaits. D’autres facteurs -- un salaire plus élevé que prévu, ou la possibilité de faire progresser rapidement votre carrière -- peuvent compenser la nécessité de devoir faire occasionnellement des heures supplémentaires, par exemple. En même temps, ne négligez pas les éléments réellement rédhibitoires. Si vous ne souhaitez pas effectuer de déplacements professionnels, quelles que soient les circonstances, prévenez aussitôt l’employeur que le poste ne vous convient pas.

Interdiction n° 5 : « Heureusement, j’ai perdu mes mauvaises habitudes. » ou « Je suis un grand fêtard. »
Même s’il est normal de vouloir donner au recruteur un aperçu de votre personnalité, ne lui dévoilez pas tout à votre sujet. Lorsque votre interlocuteur dit : « Parlez-moi de vous », restez discret et ne succombez pas à l’envie de trop en dire. Concentrez vos propos sur la sphère professionnelle.

Les capacités relationnelles comptent parmi les qualités les plus importantes pour se démarquer par rapport à un candidat qui dispose des mêmes compétences et d’une expérience similaire. L’entretien est votre première occasion de démontrer votre force dans ce domaine. Donc lorsque vous rencontrez un employeur potentiel, soyez prudent et mesuré dans vos propos.

A propos du groupe Robert Half :
▪ Fondé en 1948,
▪ Leader mondial du recrutement temporaire et permanent spécialisé,
▪ Coté à la Bourse de New York,
▪ Implanté en France depuis 1989,
▪ Intervient sur tous les métiers de la finance, de la comptabilité, de la banque, de l’assurance, du juridique et fiscal ainsi que de l’assistanat et du secrétariat,
▪ Présent à Paris, La Défense, Versailles, Saint-Denis, Massy, Lyon, Nantes, Lille et Aix-en-Provence,
▪ Compte plus de 360 bureaux dans le monde (Etats-Unis, Canada, Europe, Australie, Asie, Nouvelle-Zélande)
Robert Half a été élue « Entreprise où il fait bon travailler, 2011 »
Son site Internet :
www.roberthalf.fr
Pour suivre Robert Half
- sur Twitter :
http://twitter.com/RobertHalfFR
- sur Facebook : http://www.facebook.com/pages/Robert-Half-France/175592982460553