Réussir sa période d’essai

La période d’essai est l’occasion pour une entreprise de tester le salarié et pour le salarié, de savoir si l’entreprise et le poste lui conviennent. Si elle est perçue comme une formalité, il convient tout de même de respecter certains principes.

Selon Alain Nebout, Directeur du pôle Carrières à l’Association des diplômés d’HEC, « privilégier une forte attitude d’écoute et de compréhension de l’entreprise » constitue la première étape d’un processus qui peut varier, en fonction du type de contrat et de la catégorie professionnelle du salarié, d’un jour à quatre mois. Il s’agit ici d’appréhender les rapports hiérarchiques, les modes de management, les codes de l’entreprise… Un travail d’observation, de recueil d’informations (organigramme, clients, historique, etc.) et d’échanges avec ses collègues notamment, s’avère nécessaire.

« Comprendre les enjeux professionnels pour lesquels on a été recruté », explique Alain Nebout, fait également partie de cette phase de compréhension. Peut ensuite commencer une phase plus active, où l’on va commencer à « formuler, proposer et parfois agir. Il faut commencer à s’extérioriser, montrer ce que l’on sait faire, mais par des petits faits : la pertinence d’un point de vue, des questions intéressantes… Avec l’objectif de montrer qu’on est la bonne personne au bon endroit et ainsi de rassurer l’entreprise. » Il est également important de faire le point régulièrement avec sa hiérarchie pour anticiper les problèmes. Alain Nebout déconseille par ailleurs « d’en faire trop, trop rapidement », sous peine de tomber dans l’arrogance ou la suffisance.

Pascaline Roi