Developpeur COBOL

Principales missions

  • Étudier les besoins du client
  • Répondre au cahier des charges
  • Développer un plan de programmation
  • Former les utilisateurs à la nouvelle application
  • Maintenir l’application existante et la faire évoluer
  • Conseiller sur l’opportunité d’une migration
  • Effectuer la migration des applications développées en Cobol
  • Encadrer éventuellement une équipe de développeurs

Formation

  • BTS ou DUT informatique avec expérience
  • Niveau ingénieur Bac +4/5 souvent requis pour les jeunes diplômés

Compétences professionnelles

  • Connaissance du Cobol
  • Connaissance des langages Java et C pour les migrations
  • Maîtrise des outils de développement graphique (Acubench, Citech)

 

Profil

  • Rigueur
  • Organisation et sens de la méthode
  • Écoute
  • Qualités relationnelles
  • Goût pour le travail en équipe

Salaire

Le salaire de départ d’un développeur Cobol est d’environ 20 k€. Après 2 ans d’expérience, sa rémunération se situera entre 28 et 32 k€. Elle peut atteindre 40 k€ pour un développeur Cobol très expérimenté.

Évolution professionnelle

Le jeune développeur Cobol n’a pas pour ambition d’être « coboliste » toute sa vie. L’évolution naturelle est de passer à un autre langage de programmation et de devenir analyste ou encore chef de projet.
 

CONSULTER LES OFFRES D'EMPLOI EN COBOL

La parole aux professionnels
Michel Corniault, développeur Cobol indépendant

Y a-t-il encore beaucoup de développeurs Cobol ?

Il faut, en effet, savoir que le langage de programmation créé en 1959 est obsolète depuis une dizaine d’années : on ne forme plus de développeurs Cobol, on ne développe plus de nouvelles applications de gestion en Cobol. On estime à 1 million le nombre de développeurs Cobol dans le monde aujourd’hui et peut-être 5 000 en France. Si un développeur non étiqueté Cobol devait travailler sur ce langage lors d’une mission en entreprise, il pourrait très facilement l’apprendre : ça reste un langage informatique avec des sources d’information et des règles.

Comment se passe une migration ?

Beaucoup de grosses entreprises, de banques, de compagnies d’assurance possèdent encore des applications programmées en Cobol. Deux possibilités s’offrent à elles : migrer vers des applications Web ou maintenir les programmes Cobol.

Chaque migration est différente : elle dépend des caractéristiques de l’application de départ et de celle d’arrivée. Il faut passer par deux phases : la conversion des lignes de codes et la migration des données. La conversion se fait idéalement avec des convertisseurs, mais à défaut, il faut les réaliser soi-même ou les sous-traiter à d’autres professionnels ayant les outils et les compétences.

Qu’appréciez-vous dans le métier de développeur ?

J’aime beaucoup réaliser des applications. Au fond, c’est de la création. Pour cela, on passe par différentes étapes : analyser les besoins du client, répondre au cahier des charges, faire développer ou développer soi-même, assurer la maintenance.