Architecte de Base de Donnes

Principales missions

  • concevoir l’architecture de la base de données en :
  • analysant les besoins du client;
  • sélectionnant une technologie adaptée ;
  • tenant compte de son ergonomie et de son aspect fonctionnel;
  • permettant son évolution.
  • produire le cahier des charges.
  • mettre au point la base.
  • effectuer une veille technologique vigilante.

Dans les petites entreprises, l’architecte de base de données pourra aussi tenir le rôle d’administrateur de la base, une fois qu’il l’aura créée.

Formation

  • niveau Bac +4/5
  • cinq ans d’expérience en administration de bases de données sont souvent requis


Compétences professionnelles

  • connaissances pointues en systèmes, réseaux et stockage
  • bonne connaissance des métiers des clients
  • anglais opérationnel

Profil

  • disposer de bonnes aptitudes relationnelles
  • être curieux
  • avoir une vraie capacité d’écoute
  • être diplomate et savoir vulgariser


Salaire

De 34 à 80 k€ selon le niveau d’expérience et la taille de la base de données

Évolution professionnelle

L'expérience acquise à ce poste peut permettre d'évoluer vers le management de projets, la direction des systèmes d'information ou encore le conseil et l'expertise.

La parole aux professionnels

Entrevue avec Patrick Lacan, architecte de base de données

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Je ne l’ai pas vraiment choisi, cela s’est imposé naturellement. J’ai commencé par des études en mathématiques et en physique, avec un passage en anthropologie pour aboutir à New York où j’ai entamé un doctorat en géophysique… Tout cela me demandait de programmer et, à cette époque, on était en pleine bulle Internet. J’ai été pris dans une spirale et me suis retrouvé à monter une petite entreprise de conseil en bases de données. C’est comme cela que j’ai démarré dans ce domaine. Ensuite, je suis rentré en France où j’ai travaillé pour de gros opérateurs, puis j’ai monté ma société de conseil.

Quelles différences avez-vous relevées entre les États-Unis et la France ?

Dans mon domaine professionnel, la différence essentielle est liée aux évolutions de carrière et aux profils des managers. Aux USA, les développeurs seniors sont reconnus pour leur expertise et rémunérés en conséquence, ils n’évoluent pas forcément vers des postes de managers s’ils sont meilleurs en technique qu’en management. En France, en revanche, les développeurs évoluent souvent vers des postes de managers sans en avoir forcément les compétences en termes de gestion d’équipe. Or, je crois qu’une formation complémentaire est nécessaire pour diriger efficacement une équipe.

Quelles sont les qualités clés pour ce poste ?

Il est essentiel de savoir écouter. Il s’agit de conceptualiser et de faire un design à partir du métier de son client. Il faut donc savoir traduire ses modèles et ses concepts. Il faut aussi savoir s’adapter au langage et aux besoins des équipes techniques, tout comme à ceux de la direction qui a une vision plus stratégique. Nous devons faire la liaison entre les deux niveaux.

Comment se porte le marché du travail dans votre filière ?

La quantité d’informations a pris une telle ampleur que cette profession est devenue indispensable. Il faut pouvoir stocker, gérer, publier rapidement et efficacement toutes ces données. La structure des bases utilisées et la qualité des données insérées sont des fondations vitales pour la plupart des entreprises. Certaines bases imposent même un remaniement des processus fonctionnels dans les sociétés.

 

Copyright, Les Jeudis 2008